« Je n'ai jamais rencontré d'homme si ignorant qu'il n'eut quelque chose à m'apprendre »
Galileo Galilei (1564 - 1642)        

Tous les quatrièmes mardis du mois :


Café SCIENCE & PHILO

Sommes-nous capables de renoncer aux progrès de la science quand ils ont un coût humain ?
http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/styles/une/public/images/2014/04/cellules-souches.jpg

"Les limites de la science"

Mardi 12 décembre à 19h, à la

Médiathèque de Tarentaize,

20-24 rue Jo Gouttebarge à Saint-Etienne.
 

Toute démarche scientifique consiste à vaincre les obstacles qui empêchent de connaître davantage. Toute science se fait en se heurtant à ses propres limites. La question « la connaissance scientifique a-t-elle des limites ? » paraît donc recevoir une première réponse simple : la science se définit dans sa démarche par le franchissement de ses propres limites qui font obstacle au savoir.
Cependant en franchissant certaines limites la science ne risque-t-elle pas de briser l’intégrité de l’humanité qui sous-tend ses protagonistes ? En un autre sens lorsque la recherche s’approche de l’humain et le prend pour objet, sa tâche n’est-elle pas impossible ? En effet chercher à rendre objectif l’être humain sans déstructurer son humanité qui s’incarne comme sujet paraît une tâche infinie et sans limite. La science face à l’humain et à ce qui l’approche comme le vivant par exemple court le risque de disséquer et donc de manquer sa recherche, elle ne pourra que s’approcher du fait vivant, en donner les lois mais pas rendre compte définitivement de son dynamisme interne. La science en ces domaines demeure un apprenti sorcier à moins qu’elle ne rencontre au-delà de son modèle d’objectivité une figure d’elle-même toute renouvelée. Pourquoi ne trouverait-elle pas dans l’appel moral et éthique une pertinence de son point de vue même ? Ainsi elle transcenderait ses limites internes en prenant au sérieux les limites éthiques imposées de l’extérieure.

Serge Durand - Philosophie

Lycée Léonard de Vinci - Saint-Witz
http://www.lyc-vinci-st-witz.ac-versailles.fr/spip.php?article71


Nos invités seront :


Fabrice Ferlin, chercheur associé à l'Université Claude Bernard Lyon 1, docteur en histoire des mathématiques et de la physique.
 
Et un autre intervenant,
en attente de confirmation, qui nous parlera des limites éthiques de la recherche scientifique.



 
Partenaires :

St Etienne

LabEx LIO

Petit_bulletin_StEtienne



Café « Les jardins », Saint-Etienne.


 
Astronef


Café SCIENCE & PHILO

https://nospensees.fr/wp-content/uploads/2017/09/cerebro-con-luces-rosas.jpg
https://nospensees.fr/wp-content/uploads/2017/09/cerebro-con-luces-rosas.jpg

"Bonheur & Science"

Mardi 28 novembre à 19h
Café Les Jardins
9 place Jean Jaurès, à Saint-Etienne.

 


« Nous cherchons tous le bonheur, mais sans savoir où, comme des ivrognes qui cherchent leur maison, sachant confusément que cela existe.»
Quand Voltaire écrit ces lignes au milieu du XVIIIème siècle dans l'une de ses correspondances, le bonheur est déjà un sujet à la mode : dans toute l'Europe fleurissent des traités consacrés aux différents moyens de l'atteindre. Depuis l'Antiquité grecque (où la philosophie se donnait pour objet premier d'aider les hommes à construire une vie heureuse) jusqu'à aujourd'hui, la quête du bonheur est d'actualité. À ceci près que la science contemporaine, à la suite de la philosophie, en a fait un objet d'étude fécond. De fait, jamais sans doute le bonheur n'aura été aussi bien connu dans le moindre de ses rouages, biologiques et psychologiques, jamais non plus le chemin pour l'atteindre n'aura été aussi bien balisé. Est-ce pour autant devenu si simple de se rendre heureux ? Pas forcément, car le bonheur n'est pas seulement une question de savoir.

Une science du bonheur ? Christophe André(http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-une-science-du-bonheur-31411.php)

Nos invités seront :


Mme Laurie Bréban, maître de conférences en sciences économiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. L'un de ses thèmes de recherche est l'économie du bonheur.

et

Mme Axelle Bonhomme,
psychologue à Sorbiers (42). Elle est titulaire d'un Diplôme Universitaire de France de Psychologie Positive.



 
Partenaires :

St Etienne

LabEx LIO

Petit_bulletin_StEtienne